« Au lieu de cela, ils ont préféré une fois de plus fermer les yeux sur le drame humanitaire qui se joue quotidiennement aux portes de l’Union européenne… » extrait de l’Edito du Siréas infos n°104

Les collisions des actualités sont parfois douloureuses. Et révélatrices. Dans la nuit du 22 au 23 octobre, 39 migrants sont retrouvés morts dans un camion frigorifique, près de Londres. Le 24 octobre, le Parlement européen rejettait, à deux voix près (288 pour/290 contre), un texte appelant à la mise en place de couloirs humanitaires pour les migrants, à l’interdiction du délit de solidarité, à l’affirmation du droit inconditionnel de sauvetage, à la répartition entre pays européens des personnes sauvées de la noyade,… Naïvement, on espérait que le drame londonien allait permettre de mettre sur la table des sujets aussi cruciaux que le règlement de Dublin, l’externalisation du contrôle des frontières, ou l’absence de politique migratoire coordonnée. Peut-être même que les dirigeants européens allaient enfin se rendre compte que leurs politiques migratoires étaient les meilleures alliées des trafiquants d’êtres humains. Au lieu de cela, ils ont préféré une fois de plus fermer les yeux sur le drame humanitaire qui se joue quotidiennement aux portes de l’Union européenne et sur le territoire de celle-ci. Et, pendant ce temps, le massacre continue.

Cet édito est extrait du Siréas infos (n°104 – Novembre 2019), mensuel d’information de Siréas asbl

Siréas – rue du Champ de Mars, 5 – 1050 Bruxelles – 02 274 15 50 – www.lesitinerrances.com